ACCUEIL

DE LA TECHNIQUE AU STYLE

PLUS D’INFORMATIONS SUR NOTRE HISTOIRE ET NOTRE SAVOIR-FAIRE

HISTOIRE

1935-1960

  • 1949
  • 1950
  • 1955

L’INTUITION DE HANS WILSDORF

« Depuis plusieurs années, j’ai étudié la possibilité de fabriquer une montre que nos concessionnaires puissent vendre à un prix plus bas que nos montres Rolex et qui soit digne de la même confiance traditionnelle. Je décidai donc de fonder une société à part, en vue de fabriquer et de vendre cette nouvelle montre. Cette société se nomme Montres TUDOR SA.  »

Nous sommes le 6 mars 1946 et l’auteur de ces propos n’est autre que Hans Wilsdorf, figure de premier plan dans le monde de l’horlogerie helvétique haut de gamme pour avoir créé Rolex dans la première décennie du XXe siècle. Dans cette déclaration, il dévoile officiellement non seulement TUDOR, mais aussi la stratégie de positionnement et de communication qu’il a en tête pour la marque.

L’intuition de Hans Wilsdorf est aussi géniale que simple : à cette époque, le marché de la montre-bracelet est en pleine expansion. On est encore bien loin des logiques d’optimisation des ressources mises en œuvre de nos jours par tant de grands groupes financiers et de marques. Et le public est tout disposé à reconnaître et à apprécier un produit dont toutes les caractéristiques techniques, esthétiques et fonctionnelles, ainsi que la distribution, seraient garanties non par un nouveau venu sur le marché, mais par une marque comme Rolex, déjà réputée dans le monde entier pour la qualité de sa production.

La déclaration de Hans Wilsdorf n’a rien de rhétorique. Il s’agit alors bel et bien d’un engagement, pour ne pas dire d’un programme : entre 1947 et 1952, TUDOR lance d’abord le modèle TUDOR Oyster, puis la ligne TUDOR Oyster Prince, qui incarnent cette alliance réussie entre précision et fiabilité, style, technique et qualité de la production.

Dans les premières annonces publicitaires entièrement consacrées à TUDOR qui paraissent à cette époque, Hans Wilsdorf fait d’ailleurs part de sa fierté et de sa satisfaction d’être personnellement associé à la naissance de cette marque nouvelle.

La marque TUDOR est symbolisée initialement par une rose, l’emblème de la dynastie qui régna longtemps sur l’Angleterre. Les Tudors inspirent à Hans Wilsdorf le nom de sa nouvelle entreprise sans que, pour autant, ce parrainage l’incite jamais à se reposer sur ses lauriers. La marque voit le jour sous les auspices les plus favorables. Dotée d’emblée d’atouts techniques comme le boîtier étanche Oyster et d’un mouvement automatique, TUDOR ne réduira pas ces points forts à leur aspect purement fonctionnel, mais en fera des éléments stylistiques de montres conçues pour l’homme moderne et actif, tant par leurs qualités que par leur esthétique.

Accompagnée dans ses premiers pas et bien introduite par Rolex, la marque TUDOR se fait rapidement sa place, jusqu’à s’affranchir totalement de la marque à la couronne.

On trouve à vrai dire des traces de TUDOR et de ses créations dès 1926, année au cours de laquelle la marque est déposée par la fabrique d’horlogerie suisse « Veuve de Philippe Hüther » pour le compte de Hans Wilsdorf, lequel la rachète personnellement en 1936 pour lancer ensuite, en 1946, la société MontresTUDOR SA.

C’est cependant avec les produits et les campagnes publicitaires des années 50 que la marque acquiert définitivement sa force et sa personnalité.

LA TUDOR OYSTER PRINCE

En 1952 est lancée la TUDOR Oyster Prince, accompagnée d’une campagne de communication particulièrement marquante et originale pour l’époque. En effet, loin de se limiter, comme il était alors d’usage, à représenter et à décrire le produit, cette campagne en souligne les qualités de résistance, de fiabilité et de précision, non seulement par un texte fort détaillé, mais encore par des illustrations d’hommes, une TUDOR au poignet, à l’œuvre dans des conditions extrêmes – durs labeurs de construction de routes ou d’exploitation de mines – et non pas uniquement s’adonnant à des activités sportives certes efficaces pour mettre une montre en valeur, mais bien plus conventionnelles. Ces images, associées à la crédibilité désormais acquise du produit, contribuent à conférer aux montres TUDOR un style et une personnalité associés aux notions de modernité et de fiabilité, dépassant largement le contexte dans lequel elles sont présentées.

La participation de 26 montres TUDOR Oyster Prince à l’expédition scientifique britannique au Groenland organisée en 1952 par la Royal Navy est à cet égard un épisode significatif.

1960-2013

Dans les années 1960, sur la lancée du succès technique et d’image obtenu grâce à ces expéditions arctiques, la marque TUDOR s’associe à un projet de mise au point d’une montre de plongée professionnelle susceptible d’être adoptée officiellement par les armées : une TUDOR Prince Submariner est produite pour la marine américaine entre 1964 et 1966, suivie au début des années 1970 (et jusqu’en 1984) par le modèle Marine Nationale, adopté officiellement par la marine nationale française.

C’est alors que s’ouvre pour TUDOR l’ère des montres de style et de conception plus technique, inspirées par des métiers considérés comme dangereux et dotées, pour ces raisons, de fonctions particulières — modèles de plongée, avec quantième ou chronographe — et d’un style qui exprime la force, la sécurité et, encore une fois, la fiabilité. De la même manière, la campagne publicitaire de la TUDOR Prince Submariner ou de la TUDOR Prince Date-Day de l’époque présente des inconnus désignés par leur nom et prénom, photographiés avec leur équipement professionnel de plongeur-secouriste (par exemple), d’ingénieur minier ou de pilote de rallye. Ce type de mise en situation favorise l’identification du public avec des personnages dont émane une impression de maîtrise professionnelle absolue.

Le chronographe TUDOR Oysterdate, un modèle qui se distingue tout particulièrement par son style et ses caractéristiques techniques, voit le jour en 1970.

Ce rôle est parfaitement illustré par la gamme Grantour, exposée pour la première fois à Baselworld en 2009. Au cours de cette même année, TUDOR parachève la réorientation totale de la marque, avec de nouvelles séries de montres et la campagne publicitaire « Designed for Performance. Engineered for Elegance ». TUDOR signe ainsi une évolution par rapport aux années 1980, au cours desquelles la communication s’appuyait sur des détails inattendus d’armures de chevaliers pour insister sur la notion de résistance et expliciter le changement de logo, de la rose au bouclier. Ce repositionnement de la marque, qui insiste encore une fois sur l’union entre style et performance, se poursuit avec les nouveautés de 2010.

SAVOIR FAIRE

CÉRAMIQUE HIGH-TECH

Avec la Fastrider Black Shield, TUDOR innove en proposant pour la première fois un boîtier monobloc en céramique noire mate. Il est exécuté entièrement en céramique high-tech injectée – et non composé de céramique posée en surcouche sur un autre matériau – et réalisé d’un seul tenant. Ainsi toute la carrure est produite en une seule pièce. Ce procédé extrêmement complexe mis en œuvre pour sa fabrication garantit une fiabilité et une résistance exceptionnelles à la carrure ainsi qu’à la lunette.

LE BRACELET EN TISSU

TUDOR innove de façon inattendue en équipant ses montres de bracelets en tissu manufacturé par une maison qui perpétue ce métier d’art depuis plus d’un siècle. Une touche de style supplémentaire qui renforce l’identité de TUDOR résolument moderne et sophistiquée. Grâce à une production au savoir-faire artisanal unique, les bracelets développés pour TUDOR apportent une nouvelle dimension à la montre, une expression de style à la fois pointu et au confort unique au poignée.

ATELIERS

Une montre TUDOR vit, vibre, vous emporte dans l’infiniment petit. Précise. Technique dans tous ses composants, testés dans les moindres détails. Jusqu’à l’obsession. Plongez dans le mouvement. Esthétique et performance prennent en compte les contraintes d’un produit des plus exigeants, connu pour durer tout autant que pour plaire. Car si l’œil juge et le coeur s’emballe, le temps ne doit pas avoir prise sur cette mécanique de précision. Boîtiers et bracelets ne sont pas en reste. Matériaux d’exception, endurance, force du design font de chaque montre un objet unique.

ASSEMBLAGE

Choisir Tudor, c’est opter pour la fiabilité. C’est retrouver l’art de l’assemblage dans l’amour du détail et de la perfection. Qualité des matériaux. Sévérité des contrôles. Minutie du geste de la main qui construit la montre et lui donne vie. Patiemment. Sûrement.

CONTRÔLE QUALITÉ

Repoussez les limites de l’exigence. Appréciez chacun des composants de la montre. Chaque phase d’assemblage, chaque solution technique en fait un objet d’absolue satisfaction, affranchi des aléas de l’existence. Tout au long de sa conception et de sa fabrication, chaque montre Tudor est rigoureusement contrôlée pour assurer sa parfaite qualité. Chaque montre est soumise à des tests d’étanchéité rigoureux. Des dizaines de regards experts ont scruté, analysé, contrôlé chaque montre. Vous pouvez maintenant y porter les yeux. En toute confiance.

LE MOUVEMENT

2671

Mouvement mécanique à remontage automatique

Diamètre total 17,50 mm
Épaisseur 4,80 mm
Rubis 25
Fréquence 28 800 alternances/heure
Réserve de marche ~38 heures

LE MOUVEMENT

2824

Mouvement mécanique à remontage automatique

Diamètre total 26 mm
Épaisseur 4,60 mm
Rubis 25
Fréquence 28 800 alternances/heure
Réserve de marche ~38 heures

LE MOUVEMENT

2834

Mouvement mécanique à remontage automatique

Diamètre total 29,40 mm
Épaisseur 5,05 mm
Rubis 25
Fréquence 28 800 alternances/heure
Réserve de marche ~38 heures

LE MOUVEMENT

2892

Mouvements mécaniques à remontage automatique avec mécanisme additionnel selon les complications :

Fréquence 28,800 beats/hour
Réserve de marche ~42 hours

Pour la grande date dans un guichet double et pour un compteur de petite seconde

Diamètre total 30 mm
Épaisseur 5.20 mm
Rubis 21

Pour les fonctions chronographe et chronographe Fly-Back

Diamètre total 30 mm
Épaisseur 6.90 mm
Rubis 55

Pour la fonction réveil

Diamètre total 30.40 mm
Épaisseur 6.30 mm
Rubis 31

LE MOUVEMENT

7753

Mouvement chronographe mécanique à remontage automatique

Diamètre total 30,40 mm
Épaisseur 7,90 mm
Rubis 27
Fréquence 28 800 alternances/heure
Réserve de marche ~46 heures